Marie Turenne blog poils pilosité femme

Les mal-aimés.

Mes cheveux.

J’aime bien mes cheveux.
Je les ai porté mi longs, au carré, parfois courts, et depuis que je suis au Québec, j’ai tendance à les laisser pousser.

Je prends soin d’eux, je les coiffe, je les protège lorsqu’il fait froid ou lorsqu’il pleut et parfois, je leur fait un soin avec du beurre de Karité pour qu’ils soient bien doux.
Il arrive même que l’on me dise qu’ils sont beaux.

Je crois que jamais personne ne m’a dit qu’il fallait que je les rase.
Deux fois j’ai rasé mes cheveux.
Diantre !  Famille, amis, la plupart de mes connaissances m’ont aussitôt recommandé de les laisser pousser.

« Mais pourquoi les as-tu coupés ? », « Dommage ! Ça t’allait bien les cheveux longs ! »
« Quel massacre ! »

Le but de cet article ne sera pas de débattre sur le fait de savoir si je suis plus jolie avec les cheveux longs ou courts, et encore moins de savoir si une femme aux cheveux courts reste féminine etc…

Si j’ai commencé par parler de mes cheveux, c’est pour introduire le vrai sujet, celui des poils.

Le vrai sujet de cet article : les mals-aimés, les poils !

(à lire, un autre article plus récent : Un point sur la pilosité féminine)

J’ai cessé de m’épiler il y a deux ans environ.
Et je me sens bien, merci.

Si je n’ai pas de problème avec mes poils, il semblerait en revanche que cela soit un soucis pour bien des gens.
Et avec le recul, je trouve ça étrange.

Moi même, j’ai eu ma période « le-poil-c’est-le-mal« , mais je n’arrive plus à me souvenir de mes arguments.
Parce que je crois que ces arguments n’étaient pas le fruit de ma propre réflexion.


Parlons « craditude » !

Transpirez-vous parfois du crâne ? Cela m’arrive.
Quand je revenais de mon cours de karate par exemple, je vous assure que je me lavais les cheveux.

Ce qui est bizarre c’est que jamais personne ne m’a dit « Tu as des cheveux et tu fais du sport !!! C’est sale ! Tu devrais t’épiler le crâne ! »
Par contre, même s’il ne fait pas particulièrement chaud et même sans que je ne fasse de sport, porter un débardeur qui laisse voir des poils aux aisselles c’est tellement crado !!! « Vite, le rasoir ! Faire disparaître cette infamie ! »

Les poils, c’est pas sale.

Ce qui est sale c’est :
– de ne jamais se laver
– de se rouler dans du caca
– de manger des haricots blancs au sirop d’érable (private joke liée à un traumatisme récent !)

Ça, c’est sale.

Les poils, on naît avec, ils poussent avec nous, on meure avec.
Comme nos cheveux, (ces fameux cheveux dont on dit parfois des miens qu’ils sont beaux), ils nous accompagnent, font partie de nous, sont notre identité.
Et c’est valable pour les femmes aussi.

L’épilation, ça fait mal. Le rasage, ça irite.
Dans les deux cas, ça repousse et ça pique. Et dans les deux cas ça a un coût.

Épilation or not épilation, telle est la question !

Aimez-vous les uns les autres vous même !

La nature vous a donné un corps avec de la cellulite (surtout pour vous autres, les femmes !), des cicatrices, des poils, et un tas de trucs qui font que vous êtes VOUS.
Et c’est très bien comme ça je crois.
Apprendre à s’aimer tel(le) que l’on est c’est juste fabuleux.

Je m’aime au naturel et je suis drôlement contente de foutre la paix à mes poils.
Je ne me sens pas sale, je ne me sens pas négligée, je m’accepte.

Et tant pis tant mieux si je ne ressemble pas au modèle que la société à tendance à vouloir m’imposer : glabre, lisse et « parfaite » !

Tout simplement !
Tout simplement !
Autoportrait, Juillet 2014
Autoportrait, Juillet 2014

«  » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

(((Rajout du 4 Mai 2014 : l’article de Pin Up Bio J’ai décidé de ne plus m’épiler que j’ai trouvé très intéressant.)))

Pour finir en beauté,
je vous laisse avec Isabelle Ferron et sa super chanson !

J’ai tellement rigolé, et je suis tellement d’accord !

Publicités

25 réflexions sur “Les mal-aimés.

  1. Hello, j’arrive de chez Polina et c’est avec intérêt que j’ai lu cet article et les commentaires.
    J’ai failli ne pas laisser de commentaire et puis je me suis dis que cet espace n’était pas forcément réservé qu’aux appréciations positives.
    Personnellement je n’aime pas mes poils (les poils des autres ne me dérangent pas) je ne les assume pas.
    J’ai l’idée de la femme un peu comme dans le monde orientale où la femme doit être parfaitement épilée.
    Faut dire aussi que mon idéal féminin est super girly, le genre Marylin Monroe, cosmétiques et tout le bazar 🙂 alors évidemment…
    Je pense que tout cela vient de l’éducation ou de son mode de vie ou les deux, dès que j’ai eu la possibilité de m’épiler, je l’ai fais et j’ai adoré ma peau toute douce sous la caresse. C’est plus âgée que je suis passée à l’intégral, au départ par curiosité et j’ai continué car mon mari aimait bien. Du coup pour moi c’est no poils et j’épile de moins en moins souvent car ça ne pousse presque plus. Mon mari très velu se tond ras le torse et sous les bras mais pas trop pour ne pas que ça pique.
    Quand nous nous sommes connu c’était la mode du cowboy Marlboro tout poilu et on ne se posait pas de question à ce sujet là. Pourtant aujourd’hui dés que ça repousse, sa toison lui tient chaud, ça le gène, bizarrement il ne supporte plus ses poils.
    Alors Est-ce une question d’habitude, de mode vie ?
    Ma copine Gaby qui est allemande est total nature et garde tous ses poils (elle est très brune) et le sujet des poils n’est pas abordé, comme par « pudeur », comme si c’était trop intime.
    Je suis plus vielle que toi et pas de bol, j’ai des poils qui me poussent au menton, c’est juste inconcevable de les laisser vivre! Je leur fais une guerre sans merci à ces mal-aimés 😉
    Je n’aime pas les gens parce qu’ils me ressemblent et la tolérance doit être mutuelle alors poilus ou pas, c’est juste une question de point de vue.
    PS :je ne considère pas les cheveux comme des poils et j’admire la chevelure de monsieur.

    1. Bonjour Merko et merci pour ce commentaire, tu as bien fait, merci pour ce témoignage.

      « Les mal-aimés » date de mes trois premiers mois de blog, il me semble que je suis un peu plus modérée par la suite.
      Je crois ? À vous de me le dire

      Voici l’intro de mon second article sur les poils :
      « En mars 2014, j’ai déjà évoqué, survolé, le sujet de la pilosité féminine. C’était : Les mal-aimés.
      Je suis sûre que je peux faire mieux, aller un peu plus loin dans la réflexion.
      (Cela étant dit, lisez le quand même, y a des photos sympathiques et une vidéo très rigolote ^^)
      Voilà pourquoi je vais réécrire sur ce même sujet. 😉

      Avant toute chose, je veux rappeler que je ne suis pas fondamentalement ANTI épilation. Si une femme veut s’épiler, qu’elle le fasse.
      Je me positionne comme étant PRO choix.
      Pourquoi cet article ? Parce que je veux vous montrer que dans ce domaine de l’apparence et de tout ce qui touche à la féminité, il n’est pas aisé de faire un choix qui soit vraiment pour soi.
      Je veux aussi expliquer pourquoi certaines femmes, dont moi, ont fait le choix de garder ces poils qui, mine de crayon ou mine de rien, font bel et bien partie de nous. De NOUS. Toutes. »

      C’est mieux il me semble.
      Les arguments convaincront ou non, mais il me semble que je ne fais qu’expliquer le pourquoi d’un choix.

      https://marieturenne.wordpress.com/2014/08/13/un-point-sur-la-pilosite-feminine/

  2. Salut Marie
    Je suis un homme et je vais intervenir dans la conversation: merci d’avance, mesdames, pour votre bienveillance.

    J’ai lu cet article (et les commentaires) avec beaucoup d’intérêt.
    Il est important, je pense, de refuser l’uniformisation dans le domaine de la beauté: non aux diktats !
    Je n’ai, pour ma part, aucun problème avec la pilosité (heureusement puisque c’est naturel !!!)

    PS: Bravo pour l’autoportrait ( je ne suis pas d’accord avec toi quand tu refuses le qualificatif de « parfaite »: tu l’es ! En effet: quels sont les critères ?)
    Vive les femmes !

    1. Oui j’en ai beaucoup entendu parler et je suis très intriguée, j’ai contactée des blogueuses qui m’ont parlé de leur expérience.
      Assez bluffant.
      Mais je ne me sens absolument pas prête à tester…
      J’ai déjà du mal à me retenir de faire pipi alors ça…
      Et en plus du fait de ma formation (je bosse dans l’environnement), je suis beaucoup dehors, faire pipi dans un buisson, pourquoi pas, le reste…

      Un jour peut-être !

      Merci pour ton message !

  3. C’est la première fois que je visite ton Blog et franchement, bravo ! Ton article est génial (le fond bien sûr, mais aussi ta façon d’écrire, c’est très agréable à lire), j’admire franchement ta détermination.

  4. Je tenais a te remercier tout particulièrement pour ton article, je suis tomber dessus via l’article de la pin-up bio et je dois dire qu’il m’a fait me sentir beaucoup moins seule !
    Depuis toute petite je me questionne sur ces fameux poils.. « pourquoi maman doit les enlever en s’arrachant la peau et pourquoi papa peut les garder? ». Ma mère me répondait tout le temps : « parce que ce n’est pas féminin »… Mais j’ai un souvenir très précis qu’étant un peu plus grande avec l’apparition des premiers poils, j’en ai été très fière et je les adorais !
    Je ne me suis jamais épiler personnellement car je suis trop douillette et ma peau est très fine et trop sensible … Du coup je me rase mais pas très souvent et avant de lire tous ces témoignages je me sentais limite coupable et monstrueuse de laisser pousser mes poils pendant 2 mois ou plus…
    Je suis étudiante en psychologie et je pense sérieusement faire un sujet de recherche en psychologie sociale là dessus 🙂 J’ai envie d’emmener les femmes a se questionner sur notre comportement …
    Encore un grand merci !

  5. Juste un petit message de soutien.
    Consciente de l’absurdité de la chasse aux poils, du caractère mercantile et sexiste de cette injonction, je n’ose pas (encore) ne pas m’épiler (pilosité méditerranéenne voyante, ça n’aide pas) mais entendre des témoignages aident tout de même beaucoup et je ne vis plus dans la « terreur » de la repousse ou de l’épilation imparfaite maintenant… un pas après l’autre…

    (Jolies coupes de cheveux au passage !)

  6. Oh, moi aussi je m’épile plus depuis deux ans et j’emmerde les pas contents du slip, z’ont qu’à regarder ailleurs, moi je supporte bien leur sale gueule. Non mais.

    Bravo pour ta réflexion en tout cas. C’est pas forcément facile de se déconditionner, mais comme tu dis, on se rend vite compte que ça ne vient pas de nous.

  7. C’est bien vrai tout ca …
    Nous n’avons plus qu’à assumer les nôtres, ne pas se plier aux normes si elles ne nous correspondent pas.
    Bravo à toi pour ta force et ta réflexion ! 🙂
    Bonne continuation.

  8. Coucou, je trouvais ton article vraiment sympa et tellement vrai jusqu’au moment ou tu es venue rajouter FN dedans…. Je ne vois pas très bien le rapport avec tes poils… Nous avons quand même la chance d’être dans un pays ou chacun peut se reconnaitre dans tel ou tel parti sans que nous ayons le droit de juger leur choix… En quoi voter FN serait pire que de voter François Hollande par exemple? Vraiment dommage de gâcher cet article avec un truc aussi débile.

    1. Article modifié. (le 19 Mars à 8h du matin)
      Je me disais en l’écrivant que ça risquait de coincer.
      Méprisant et inutile. Merci du coup de pied au c… virtuel.

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s