Marie Turenne anti peine de mort

Peine de mort… ça n’en vaut pas la peine !

« Que dit la loi ? Tu ne tueras pas !
Comment le dit-elle ? En tuant !  »

Victor Hugo

contre la peine de mort
http://www.amnesty.fr/

Pourquoi on ne peut accepter la peine de mort ?

Tout d’abord, la peine de mort est une violation des droits fondamentaux de l’être humain au vu des articles 3 et 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
 »Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. »
et
 »Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. »
La Déclaration Américaine d’Indépendance consacre aussi le  » droit à la vie « .
Alors que les opposants à la peine de mort mettent en avant son irrévocabilité, ses défenseurs rétorquent qu’elle ne punit que les crimes les plus graves.

Les crimes les plus graves ?
Comme… l’homosexualité par exemple ?
Aujourd’hui encore, 77 pays dans le monde font de l’homosexualité un crime. Pire encore, 11 d’entre eux punissent l’homosexualité de la peine de mort : Afghanistan, Arabie Saoudite, Brunei, Émirats arabes unis, Iran, Mauritanie, Nigeria (dans les 12 États du Nord ayant adopté la charia), Soudan, Somalie (dans les émirats islamiques régis par Al Shabaab), le Pakistan et le Yémen.
Ceci est absolument insupportable, nous sommes au XXIème siècle, n’est-ce pas ?
Parfois je doute…

Les procès criminels sont faillibles. Beaucoup de personnes condamnées à mort ont ensuite été innocentées, parfois quelques minutes seulement avant l’heure de leur exécution. D’autres sont morts avant qu’ils aient pu être disculpés. Pour eux, l’erreur est irrévocable. Cela a souvent été le cas dans des affaires qui n’ont pas eu recours aux nouvelles technologies d’investigation, en particulier l’ADN. Depuis 1973, 119 personnes dans 25 états américains ont été disculpées et ont quitté le couloir de la mort.
Pour les autres, pour ceux qui sont morts… il est bien tard…

Dans de nombreux cas, l’accusé est indigent et doit faire appel à des avocats commis d’office. Ils sont payés en fonction du nombre de dossiers défendus et n’hésitent pas à bâcler le travail pour gagner plus d’argent. De plus, les procédures de recours sont extrêmement coûteuses et de nombreux condamnés à mort y renoncent, faute d’argent.

La torture et la cruauté ne peuvent être dictées par des états…
Certaines exécutions sont bâclées, en particulier la méthode de l’injection létale aux États-Unis. Selon l’association Amnesty International, ces ratés sont souvent dû à l’absence de personnel médical qualifié pendant l’exécution. Ainsi, le personnel pénitentiaire prend parfois des mesures extrêmes, comme de lacérer les bras des prisonniers lorsqu’ils ont de la peine à localiser une veine pour la perfusion, causant des douleurs supplémentaires au condamné, au seuil de la mort. Même les détenus qui meurent immédiatement souffrent d’une angoisse prolongée précédant l’exécution. D’autres méthodes d’exécution comme la chaise électrique, le gaz ou la pendaison peuvent durer de longues minutes, elles n’ont pas été conçues pour atténuer la douleur.
Un exemple épouvantable dans l’actualité récente…
Et même sans douleur, le geste reste inacceptable !

La couleur de peau de l’accusé peut influencer le verdict. Si l’on observe le tissu démographique américain, les proportions ethniques ne sont pas respectées dans le couloir de la mort où les afro-américains sont proportionnellement plus représentés que les blancs.

La peine de mort n’est pas plus dissuasive que la prison à vie. Cet argument se vérifie en particulier dans les États américains qui ont réintroduit la peine de mort sans constater de diminution de la criminalité. Un autre argument prétend que les criminels qui s’attendent à être condamnés à mort sont plus sujets à l’usage de la violence, s’épargnant ainsi l’enfermement à vie. Le rapport 2003 du FBI démontre que le Sud des États-Unis, qui regroupe à lui seul 80% des exécutions capitales, demeure la région où le taux de criminalité est le plus élevé du pays. A l’inverse, le Nord-est du pays, qui concentre moins de 1% des exécutions capitales américaines, présente le plus faible taux de criminalité.

85%des experts des académies de criminologie américaines réfutent l’aspect dissuasif de la peine de mort. En 1995, une étude menée parmi les responsables des corps de la police américaine démontre qu’une majorité d’entre eux ne croit pas à l’efficacité de la peine de mort et à son rôle prétendument dissuasif.

Il est acquis que la peine de mort affecte psychologiquement les personnes qui y participent (les  » bourreaux « ), pouvant parfois atteindre gravement leur santé physique et psychologique. L’argument veut que lorsque la peine de mort n’est pas absolument nécessaire pour défendre la société, la société n’a pas le droit de demander au personnel pénitentiaire de mettre ainsi sa santé mentale en danger.

La peine de mort réfute la possibilité de réhabilitation et de deuxième chance. Certains prétendent que le système judiciaire a pour mission d’éduquer et de corriger les personnes reconnues coupables de crimes. Un homme exécuté n’est pas un homme à qui la société a offert une deuxième chance.

Une vidéo, des faits, des chiffres :

Ne pas confondre la justice et la vengeance !

Vouloir tuer, c’est nier la possibilité d’un pardon.
Vouloir tuer, c’est se venger, pas être juste.

Vouloir tuer, c’est aussi nier un paradoxe
…comme merveilleusement illustré par Franquin ici :
(n’hésitez pas à cliquer pour voir en plus grand)

bd contre la peine de mortUn état qui autorise la peine de mort montre t-il l’exemple ?

Il faut y prendre garde, en ces temps troubles, la tentation de trouver dans la peine de mort une solution quasi miracle peut revenir au galop…

La peine de mort en France a été abolie en 1981
, ne la laissons jamais revenir.

Mes sources, et des ressources :
http://www.amnesty.fr/
http://www.abolition.fr/

Advertisements

6 réflexions sur “Peine de mort… ça n’en vaut pas la peine !

  1. Totalement d’accord
    On n’est jamais à l’abri d’une erreur et puis si l’état se permet de tuer… ça fait un sacré paradoxe
    sur le sujet tu as le reportage « une peine infinie » qui est vraiment bien
    au plaisir de te relire

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s